Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Parcours de MIOB : rencontre avec Julien Martin

parcours-miob-julien-martin
comments

BROOKÉO est composé d’une équipe d’experts en regroupement de crédits : analystes, animateurs commerciaux, formateur, service juridique et communication… Mais ce qui compose BROOKÉO c’est aussi, et surtout, un réseau de mandataires (MIOB) qui œuvrent sur le terrain auprès des clients. Dans cette rubrique, Parcours de MIOB, nous vous proposons de partir à leur rencontre !

Aujourd’hui, découvrez Julien Martin. Ce spécialiste du courtage multiplie les casquettes : immobilier, assurance, rachat de crédits… Rien ne lui résiste ! Polyvalent et ambitieux, il nous raconte son parcours.
 

Un indépendant dans l’âme

Originaire de Nîmes et fier de l’être, Julien a toujours eu envie d’être son propre patron. Une fois son diplôme d’une école de commerce en poche, il devient dirigeant d’une petite entreprise dans l’événementiel sportif. Obligé de mettre la clé sous la porte deux ans plus tard, suite à un gros impayé, il décide de rechercher un job alimentaire en salariat. Il découvre ainsi le secteur des assurances à la personne et devient formateur commercial pour une mutuelle. Contre toute attente, ce secteur le passionne et il y évolue vite. Devenu adjoint du directeur commercial régional, en pleine émergence du digital, il développe des actions commerciales sur le web et agrandit son domaine de compétences : complémentaire santé, prévoyance individuelle, épargne pour les particuliers…

Après deux ans de bons et loyaux services, il sent qu’il a fait le tour du sujet et que l’indépendance le rappelle. Il rejoint un cabinet de courtage dans la gestion de patrimoine, en tant que mandataire. Son objectif : y développer un gros pôle santé et prévoyance. En plus de développer le pôle, il s’intéresse de près au courtage en crédit immobilier. Il apprend très vite, sur le tas, et monte rapidement ses premiers dossiers. Tout de suite, son activité marche très fort, il parle d’un « engrenage extraordinaire ».

En cinq ans, le courtage en crédit a « explosé », jusqu’à devenir 50 % du chiffre d’affaires du cabinet. Julien sent que c’est le moment de se lancer en solo, il monte son entreprise Avicante.
 

La découverte du RAC

En 2013, Julien démarre son activité au sein d’Avicante. Pourquoi « Avicante » ? « Pour être tout en haut de l’alphabet », répond-il malicieusement. « Mais aussi, pour la signification, Avicante vient d’Avicantus, une divinité gauloise, associée à un cours d’eau dont la source jaillit à Nîmes », ajoute-t-il.

Son objectif avec Avicante : proposer une gamme élargie de services à ses clients. Il se heurte rapidement à des situations complexes avec des clients qui détiennent 3, 4, 5 crédits et auxquels il ne trouve pas de solution. C’est ainsi qu’il découvre le rachat de crédits (RAC). Il commence doucement en travaillant en direct avec deux organismes financeurs, pour du RAC hypothécaire uniquement. Les résultats sont loin d’être à la hauteur de ses espérances.

« Le RAC, je l’avais en horreur car j’avais un taux de réussite proche de zéro. »

Il met plusieurs années avant de comprendre l’importance primordiale des normes dans le RAC. La tolérance n’est pas la même que dans le courtage immobilier. Il faut s’adapter aux critères des organismes financeurs et « rentrer dans les cases » pour obtenir les financements.

Pour pouvoir faire du rachat de crédits sans garantie, il rencontre un partenaire qui bénéficie d’une convention tripartite avec BROOKÉO. Il obtient un mandat avec un organisme spécialisé supplémentaire, mais ne décolle toujours pas. C’est Claudio Gonzalez, analyste au back-office qui va révolutionner son activité en RAC. « Mon sauveur s’appelle Claudio ! C’est mon premier interlocuteur au back office de BROOKÉO et celui qui m’a proposé une solution packagée globale. J’ai basculé sur cette offre en 2016 et c’est à partir de ce moment-là que je suis devenu, à proprement parlé, MIOB BROOKÉO et que mon activité a décollé », explique-t-il.
 

Un développement fulgurant

Dès lors qu’il devient mandataire BROOKÉO à part entière, son taux de transformation explose. Il a désormais accès à toutes les offres des banques spécialisées en RAC et il bénéficie d’un véritable accompagnement.

« Avec BROOKÉO, j’ai trouvé un partenaire fiable qui m’a permis de mieux maîtriser les normes du RAC. Que ce soit Claudio, Muriel, Eloïse ou n’importe quel interlocuteur au back office, j’ai toujours des échanges de qualité, des explications claires et des réponses à mes questions ».

Le RAC prend une part de plus en plus importante dans son activité. Au départ quasi inexistant dans son chiffre d’affaires, il en représente aujourd’hui 30 %.

Pour Julien, le rachat de crédits reste un secteur d’activité frustrant : « les banques sont toujours souveraines dans leurs conditions d’octroi. Mais grâce à BROOKÉO, je ne suis plus seul face aux refus. Quand cela arrive, je sais que les analystes ont tout tenté et qu’on va s’appuyer sur le refus pour s’améliorer ! », explique-t-il.
 

Accompagner ses clients de A à Z

Ce qu’il aime dans le rachat de crédits ? Le RAC lui permet de proposer une solution globale à ses clients. Multi casquettes, Julien les accompagne de A à Z avec des produits adaptés à leurs besoins : assurance, immobilier, gestion de patrimoine... Il suit le cheminement des opérations, il est en relation avec différents interlocuteurs : notaires, experts comptables, etc. Il essaie d’être « la courroie de transmission des informations entre les différents corps de métiers ».

« Le RAC est un véritable levier de développement. C’est un outil de préservation du patrimoine. Il permet de faire de la valorisation mais aussi de l’optimisation fiscale. Et contrairement aux idées reçues, il s’adresse aussi aux profils qui ont des très bonnes situations et des gros budgets. »

Aujourd’hui, Julien est de plus en plus sollicité par des conseillers en gestion de patrimoine. Sa stratégie d’accompagnement global est payante, il croule sous les dossiers sans avoir besoin de faire de la prospection, le bouche-à-oreille suffit. Malgré le succès, il n’a pas ouvert d’agence physique, il continue à travailler de chez lui. Il peut se déplacer chez les clients ou sur leur lieu de travail mais aujourd’hui le digital est entré dans les mœurs et la plupart de ses dossiers sont montés en dématérialisé.
 

Son message aux futurs MIOB

Si aujourd’hui le RAC est un véritable levier de développement pour Julien et un fort générateur de chiffre d’affaires, il a connu des débuts difficiles. Il recommande à ceux qui veulent se lancer dans le rachat de crédits d’être bien accompagnés. « Le choix du packageur est primordial, il doit vous permettre d’accéder à tous les produits mais, surtout, il doit faire preuve de pédagogie et son expertise ne doit plus être à démontrer », explique-t-il. Il ajoute : «Il faut se méfier des packageurs qui promettent des commissions mais qui ne sont pas en mesure de les payer. Avec BROOKÉO, pas de mauvaise surprise ».

« Pour réussir dans le RAC, il faut avoir la patience d’essuyer les refus. C’est un métier à part dans lequel se planter est un passage obligé. Mais quand on maîtrise les normes et qu’on est bien accompagné, le potentiel de développement de son activité est énorme. »

Comme Julien, bénéficiez d’un accompagnement sur mesure et développez vos compétences en rachat de crédits. Rejoignez le réseau BROOKÉO ! Déposez votre demande de renseignements, nous serons ravis de vous présenter notre offre et nos nombreux services.

AddToAny buttons